Femmes en Bloom - Beauties Lab

Femmes en Bloom

Le projet Femmes en Bloom se veut une célébration de femmes exceptionnelles de Montréal, qui incarnent la résilience, la détermination et la force. Leur parcours unique témoigne de leur capacité à surmonter les obstacles, à briser les stéréotypes et à inspirer les générations futures.

Dans un monde où les femmes doivent toujours et encore réclamer leur place et leur pouvoir, il est essentiel de mettre en lumière le parcours inspirant de celles qui ont non seulement réussi à s'épanouir dans leurs domaines respectifs, mais qui ont également ouvert la voie pour d'autres.

En mettant en lumière leurs histoires, nous aspirons à honorer leur impact tout en encourageant d'autres femmes à poursuivre leurs rêves et à réaliser leur plein potentiel. À travers ce projet pour la Journée internationale des droits des femmes, vous apprendrez à mieux les connaître, à apprécier leurs réalisations et à vous laisser inspirer par leur exemple remarquable.

Qu'est-ce qui te rend le plus fière d'être une femme ?

Rebecca Makonnen - Animatrice télé-radio:

Oh mon Dieu, j'ai vraiment beaucoup réfléchi à cette question, tu sais. Personnellement, je n'ai pas le désir d'avoir des enfants, et c'est tout à fait correct, je veux dire, ce n'est pas que je n'aime pas les enfants, mais dès mon jeune âge, je n'ai jamais envisagé d'en avoir. J'ai travaillé activement pour rendre cette décision décomplexante et pour déconstruire le stigma qui y est associé.

J'en ai même parlé dans un épisode de balado à ce sujet, et maintenant, je l'aborde ouvertement, que ce soit lors de mes apparitions à la radio ou lors de tables rondes. Je me rappelle une fois où j'ai mentionné que je n'avais jamais voulu d'enfant, et une personne m'a dit: « Wow, tu le dis avec tellement de liberté. » Il m'a fallu du temps pour assumer pleinement cette décision, et je me suis rendue compte que cela pouvait être lié à ma fierté d'être une femme.

Je pense que ce qui me rend le plus fière en tant que femme, c'est d'être féministe et de contribuer à déconstruire certaines idées préconçues. Être une femme, c'est un peu comme être un underdog, toujours en train de se battre. Et lorsque tu es une femme de couleur, c'est encore plus le cas, tu es doublement sous-estimée. Alors, ce qui me rend le plus fière, c'est d'utiliser ma plateforme pour mettre en lumière ces questions, en espérant humblement que cela puisse ouvrir les yeux et aider d'autres personnes à s'exprimer ou à élargir leurs horizons à travers mes expériences.

 

Sandrine Balthazard - Présidente & Fondatrice du PARLOIR - caves privées:

Je considère que c’est une très belle époque pour être une femme. Je me sens privilégiée d'avoir la possibilité de m'épanouir pleinement, de me découvrir chaque jour et de m'affirmer. 

Je trouve que c'est un privilège de pouvoir explorer toutes les dimensions de la féminité et de redéfinir ce que cela signifie. Chaque jour, je suis en constante découverte de ce que signifie être une femme. Il n'y a pas de définition figée de la féminité ; nous avons le pouvoir de la redéfinir selon nos propres termes. Pour moi, être une femme englobe à la fois l'expression de la féminité dans sa forme la plus coquette ainsi que la découverte et l'affirmation de ma force, tant mentale que physique.

Je reconnais que cette réalité n'est pas universelle, et cela soulève presque une responsabilité de ne pas prendre cette opportunité pour acquise et de l'explorer pleinement.  

Moi-même, dans mes 40 dernières années, cela a énormément évolué. Plus je me découvre, plus je redéfinis ce que cela signifie pour moi d'être une femme. L'idée que nous pouvons toujours être en évolution est quelque chose que j'apprécie particulièrement. En anglais, j'aime le terme « unapologetically », qui exprime cette idée de vivre pleinement et sans excuses.


Quelles sont tes entreprises woman-owned coups de cœur de Montréal ? 

Sandra Munoz Diaz - Fondatrice Mala Mtl et Grosse curatrice mode:

PONY est une artiste que j'admire beaucoup, non seulement pour son talent créatif, mais aussi pour son engagement en faveur de l'inclusivité. Son approche ludique et humoristique à son art est toujours rafraîchissante, et son évolution en tant qu'artiste est inspirante.

Racine Montréal, Tansy Fantasy, Nueva Era, et Minuit Tendre sont également des entreprises que j'apprécie beaucoup. Elles véhiculent des valeurs d'inclusion et de positivité, ce qui les rend particulièrement inspirantes.

En ce qui concerne les bijoux, j'ai un faible pour la joaillière montréalaise Elle Blackburn, dont le style à la fois moderne et mystique me séduit. Pour les vêtements, The Overlooked est une boutique Plus Size avec laquelle je collabore souvent, car je crois en la nécessité de mettre en avant la diversité des corps.

 

Dyan Solomon - Cheffe et propriétaire de restaurants:

Il y en a tellement d’inspirantes! Les Vins Dame-Jeanne, par Vanya Filipovic, qui fait aussi Vin Mon Lapin. Elle réalise des choses incroyables avec son entreprise d'importation de vin.

The Studio MTL, où je m'entraîne, par Val Desjardins. Mandy's, par Mandy et Rebecca Wolfe. Cocoa Locale, une pâtisserie qui existe depuis 20 ans et appartient à Reema Singh, l'une de mes meilleures amies. C'est incroyable de la voir réussir seule, en créant des gâteaux exquis.

WeDoSomething, un groupe axé sur la littératie médiatique et la navigation dans le monde numérique de manière respectueuse. Il a été fondé par une femme qui enseigne aux gens comment communiquer et écouter, surtout en temps de crise.

Luminaire Authentik, réputé pour ses superbes luminaires principalement sourcés au Québec. L'entreprise connaît un grand succès. Je pourrais continuer, mais je m'arrêterai là.

 

Sarah Laroche - Fondatrice et Présidente de Selv Rituel et Co-Fondatrice et Présidente de Pausologie:

Voici quelques-unes de mes entreprises préférées dirigées par des femmes à Montréal : Beauties Lab, Activité physique, BKIND, Trois fois par jour, Womance, Apprenti Organik, Étymologie, Moonday, et Maison LPRN.


Quels sont les moments ou astuces qui t'apportent de la confiance ?

Sandrine Balthazard - Présidente & Fondatrice du PARLOIR - caves privées:

Je crois que nous sommes souvent à la recherche de l'objectif final. Quand on a des rêves ou des aspirations, on a un but en tête, et trop souvent, une fois qu'on l'atteint, on est déjà tourné.e.s vers le prochain projet. On est constamment en mouvement, surtout à une époque où l'on est facilement distrait.e.s. On prend rarement le temps de se poser et de méditer dans le moment présent, et de reconnaître nos accomplissements. Personnellement, j'essaie maintenant de le faire consciemment. Je prends le temps de célébrer mes petites victoires, de reconnaître les leçons apprises et les expériences qui m'ont fait grandir. Cela m'insuffle énormément de confiance pour canaliser mon énergie vers le futur, mais c'est également important de savourer le moment présent et de se féliciter. 

Les femmes sont souvent très exigeantes envers elles-mêmes. Je trouve qu'il est facile de se comparer aux autres et de manquer de confiance en soi. Mais lorsque l'on prend le temps de prononcer des affirmations positives et de célébrer nos réussites, cela renforce également notre confiance en nous. J'essaie de m'accorder ce temps maintenant. Les mots ont un pouvoir immense, et la manière dont on se parle à soi-même et prend le temps de le faire a un impact énorme sur le développement de notre confiance en nous et sur notre capacité à nous donner de la force.

 

Vanessa Destiné - Chroniqueuse et Animatrice:

Me regarder dans le miroir. J'ai appris à m'accepter. 

Récemment, j'ai coupé mes cheveux, faisant ce qu'on appelle un « big chop », pour me débarrasser des produits chimiques. C'était comme voir mon vrai moi pour la première fois, sans artifices. J'ai réalisé que j'ai un beau visage. En grandissant, je n'ai jamais été vue comme étant « cute » ou quoi que ce soit, donc apprendre à m'aimer a été un long processus. C'est aussi regarder mes succès, qui sont bien plus nombreux et significatifs que mes échecs, tu vois.

J’ai 33 ans, tout ce que j'ai semé, je commence à le récolter maintenant. C'est beau, ça me rend heureuse. J'ai accompli tant de choses. Maintenant, les gens me reconnaissent dans la rue. Même quand je me sens vraiment poche, il y a des personnes qui me remercient d'être là, pour ce que je fais. Ça me donne un boost de confiance de savoir que des gens me voient comme le modèle que j'aurais aimé avoir quand j'étais jeune.

J'ai toujours eu le syndrôme d'imposteur dans la vie. Même si souvent, je ne me sens pas à ma place, car je suis toujours la minorité dans des espaces très homogènes en tant que femme de couleur, je me rends compte qu'il y a des gens qui se reconnaissent en moi. Savoir que j'ai le droit d'être ici, de me sentir belle, d'être accompagnée et d'être entourée de personnes qui me valorisent, c'est un réel boost pour ma confiance.

 

Alexandra Diaz - Entrepreneure, fondatrice du Studio Le Mile End, autrice de livres de recettes:

Pour vrai, c’est l’amour. Je chéris profondément ma famille, mes ami.e.s et mon rôle d'entrepreneure. L'acte d'aimer est au cœur de ma vie. Ça me procure une stabilité émotionnelle solide et une confiance inébranlable en mes capacités, tout en alimentant mon désir de rendre les autres heureux et de recevoir leur amour en retour. 

Rien ne peut rivaliser avec l'amour que je ressens pour mes enfants. Ce sont mes meilleur.e.s ami.e.s. Iels sont ma priorité absolue, et je consacre beaucoup de temps et d'efforts à leur épanouissement. Leur confiance et leur ouverture d'esprit m'inspirent, car ils n'hésitent pas à me faire part de leurs opinions et à me guider dans mon rôle de mère. Pour moi, c'est ça, la base : aimer et être aimé.


Quel est l'incontournable dans ta routine matinale que tu ne peux pas négliger, même si tu es pressée ou en voyage?

Joanie Pietracupa - Journaliste et Rédactrice:

Une routine de skincare est essentielle ! Beaucoup de femmes, en vieillissant, ont tendance à chercher à masquer leurs imperfections avec du maquillage, mais pour moi, c'est les soins de la peau qui sont importants.

Au fil des années, j'ai réalisé l'importance d'utiliser les bons produits, adaptés à mon type de peau. Juste avec un sérum et une crème, je me sens vraiment belle. Sans cette routine, je me sens comme si je n’étais pas réveillée, pas moi-même. C'est un peu comme mon rituel de réveil et d’amour de soi le matin, c'est vital. Et cela ne nécessite pas une routine complexe ; pour moi, deux étapes suffisent, tant que je reste fidèle à mes intentions.

 

Alexandra Diaz - Entrepreneure, fondatrice du studio Le Mile End, autrice de livres de recettes:

Je ne suis pas du tout adepte du « Wash and go ». J’aime prendre mon temps. J'utilise une brosse pour la peau à sec, et une autre un peu exfoliante sous la douche.

Après la douche, j'ai également une brosse de massage, qui a deux fonctions : le drainage lymphatique et le soin de la cellulite. Je fais ça tous les jours, parfois rapidement, parfois plus longuement. Pour moi, tout ce qui concerne le massage et le contact avec la peau a à la fois des vertus pour la peau, mais aussi pour le rapport avec son corps. Cela te permet de t'aimer, de prendre soin de toi, même dans les endroits que tu apprécies le moins. Plus tu prends soin de toi, plus tu t'aimes.

Quel est le conseil que tu donnerais à la jeune fille que tu étais ?

Sandra Munoz Diaz - Fondatrice Mala Mtl et Grosse curatrice mode:

De se faire confiance et d’apprendre à s'accepter tel que tu es. Ce sont des chemins qui exigent du temps et de l'évolution sur plusieurs années. J'ai toujours eu un style vestimentaire original, ce qui a parfois conduit ma mère à plaisanter en disant que je ressemblais à un petit clown avec mes associations de couleurs inhabituelles et mes accessoires audacieux.

Il est très important de se fier à son propre jugement et de ne pas laisser les critiques extérieures nous affecter, car nous sommes toustes uniques. Il est essentiel d'apprendre à célébrer nos différences, à s'y sentir bien et à en avoir confiance. Lorsque nous nous acceptons pleinement, les autres commencent à apprécier nos particularités au lieu de les percevoir négativement.

En développant cette confiance en notre unicité, les autres seront amenés à nous suivre.


En tant que modèle pour d'autres femmes, quels conseils peux-tu donner à celles qui aspirent à une carrière similaire?

Rebecca Makonnen - Animatrice télé-radio:

De résister à l'injonction de rentrer dans un moule.

Faites confiance à votre personnalité, à vos compétences, à vos passions, à qu'est-ce qui vous distingue, malgré le fait qu'on va souvent tenter de vous conformer à un moule, et on va vous dire « Ici, les choses se font ainsi », ou « Peux-tu essayer d'être plus comme ça ?» Non. Soyez authentique. C’est dans ces moments-là que vous trouverez votre place.

Ne refermez pas la porte derrière vous. Laissez-la ouverte pour les autres. Tenez la porte ouverte pour celles et ceux qui suivront.

Ne pensez pas : « Yes! J'y suis arrivé.e ! » et fermez la porte derrière vous pour être le/la seul.e. Non, non. Tenez la porte ouverte et essayez d'accueillir d'autres personnes, qu'elles vous ressemblent ou non, qu'elles soient complémentaires, dans le but de créer ensemble. Il est de notre responsabilité de maintenir la porte ouverte.

C'est aussi le fruit de nombreuses expériences et de conversations que j'ai eues avec des femmes. Je me suis souvent demandée pourquoi telle personne agit de telle manière, pourquoi telle femme se comporte ainsi. Je n'ai pas toutes les réponses, mais parfois, je me dis: « J'aurais aimé que quelqu'un me tende la main. » Au lieu de faire une chasse gardée et de penser you can't sit with us, je préfère dire « Bien sûr, tu peux te joindre à nous ». Dans la vie, ce n'est pas tout le monde qui agit ainsi. Alors, parfois, je pense : « D'accord, je vais essayer de compenser pour les personnes qui m'ont fermé la porte ou qui m'ont rendu la vie difficile.»

 

Dyan Solomon - Cheffe et propriétaire de restaurants:

Permettez-moi de commencer en disant que je sais que cela peut sembler cliché, mais écoutez-moi - être le changement que vous souhaitez voir est réel.

Les cuisines, traditionnellement, ont été cet environnement toxique, masculin, une sorte de boys club. Mais voici la réalité : les femmes sont en train de changer cela. Les cuisines n'ont pas à être comme ça. Et en tant que femme, lorsque vous êtes dans la cuisine, vous avez le pouvoir de décider de ne pas adhérer à cette atmosphère toxique. À la place, apportez ce que vous voulez à la table. Présentez-vous avec ce en quoi vous croyez. Et vous savez quoi ? Lentement mais sûrement, vous commencerez à voir des changements se produire. D'autres femmes verront ce que vous faites et voudront en faire partie aussi. Et avant que vous ne le sachiez, vous vous réveillerez un jour et réaliserez que vous avez contribué à créer le type de culture que vous avez toujours souhaité. Je suis la preuve vivante de cela.

Je vais partager une histoire de mon temps à Toqué il y a environ 30 ans. J'y suis allée déterminée à être moi-même, à faire les choses à ma manière, à apporter de la joie. Au début, ce n'était pas facile. Il y avait de la résistance, des réactions négatives, you name it. Mais avec le temps, j'ai remarqué un changement. Même les hommes les plus durs ont adouci un peu leur comportement. C'était comme si j'avais ouvert la porte pour qu'ils voient les choses différemment. Et c'est ce qui est cool - vous pouvez faire ça en tant que femme. Bien que nous soyons encore confrontées à beaucoup d'inégalités, nous avons ce pouvoir d'entrer dans un espace et de le rendre nôtre, d'apporter notre propre ambiance et énergie, et surtout, de changer les choses pour le mieux.

 

Sarah Laroche - Fondatrice et Présidente de Selv Rituel et Co-Fondatrice et Présidente de Pausologie:

J’ai réalisé que les réseaux sociaux ont souvent tendance à promouvoir une vision selon laquelle tout le monde peut devenir entrepreneur.e, mais je ne suis pas convaincue que cela convienne à tout le monde. Je pense que l'essentiel dans la vie, c’est d'accepter qui tu es. Si tu te sens épanoui.e dans un rôle plus traditionnel, peut-être un emploi de 9 à 5 avec un salaire fixe, c'est tout à fait légitime. Moi, personnellement, je ne me sentais pas bien avec ça. Il semble qu'il y ait une pression, véhiculée à la fois par les médias sociaux et le marketing, à embrasser un modèle d'entrepreneuriat qui ne correspond pas nécessairement à tout le monde.

L'entrepreneuriat ne convient pas à toustes. Il faut avoir les reins solides, comme on le dit. Il faut aussi avoir un laisser-aller, une latitude dans son attitude. Je ne dramatise pas du tout. Il faut foncer, avoir des solutions à tout et aimer gérer des problèmes. 

La discipline est cruciale dans ce domaine. La motivation peut fluctuer, mais la discipline reste constante. Il faut être prêt.e à faire des sacrifices, comme annuler des plans personnels pour répondre aux exigences de l'entreprise. C'est une réalité que j'ai expérimentée personnellement en annulant un voyage la veille du départ pour résoudre des problèmes professionnels. Mais au final, c'est la discipline et la vision claire de ce que tu veux accomplir qui distinguent les entrepreneur.e.s réussi.e.s des autres. Avoir une attitude détachée et être prêt à faire face à tout ce qui se présente est essentiel pour réussir dans ce domaine.

 

Joanie Pietracupa - Journaliste et Rédactrice:

D'écouter son instinct féminin. 

Les femmes ont cette intuition naturelle et on devrait toujours écouter sa petite voix. Que ce soit dans nos relations, nos projets ou nos décisions importantes, je suis convaincue que notre instinct ne nous trompe jamais. 

De toujours agir avec les autres de la manière dont nous aimerions être traitées

La douceur, la bienveillance et le respect sont des valeurs clés à cultiver, surtout dans un monde où les interactions peuvent être circulaires. Je crois fermement au principe que ce que l'on donne finit par nous revenir, que ce soit positif ou négatif.

Bien que certaines femmes soient tentées de se comparer et d'éprouver de la jalousie envers d'autres, je trouve qu'il est admirable de s'entraider et de se soutenir mutuellement.

La photographe: Sandrine Castellan @sandrinecastellan

 

Projet réalisé par:

Femmes en Bloom par : Beauties Lab @beauties.lab 
Maquillage et coiffure: Léa Bégin @lea_begin
Retouche: Geneviève Demers @genevieve_demers_postprod
Digital Tech: Cédric Conti @conticedric
Idée originale et production: Beauties Lab @beauties.lab
Entrevue & rédaction : Chloé Nguyen @itschloeng
Coordination : Jessy Goyette @jessygoyette

Merci à Shoot Studio pour le magnifique studio !

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés.

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.